Venez vivre votre vie à Paris
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Forum ferme bientôt ses portes ! Rejoignez sur Between Heaven And Earth !

Partagez|

Pandore Opsum ♥ The rebelle girl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité


Invité






MessageSujet: Pandore Opsum ♥ The rebelle girl Mer 18 Mai - 14:29

PANDORE JENNY OPSUM
image 100*100 image 100*100 image 100*100 image 100*100
17 ans
21 mars 1993
Anglaise

En couple
Etudiante

image 200*320
IL ÉTAIT UNE FOIS...
Je n'ai jamais pensé vivre à Paris, pensant que Londres me suffirait toujours. J'admirais ces gracieux monuments, et vénérais l'élégance de Big Ben. Bien que la brume recouvrait constamment la capitale, je m'en accoutumais. Londres avait l'allure d'une femme fatale, et ce ne fut donc sans l'ombre d'un doute que je tombais amoureuse de cette ville. Je suis née dans une famille bourgeoise, bien que ma mère ait toujours été comme reniée depuis sa grossesse, ses parents n'osaient pas aller jusqu'à la priver de ressources. En effet, je suis née un matin de mars, alors que ma mère avait dix-neuf ans. Je n'étais pas l'enfant qu'ils espéraient, et je n'eut droit qu'à un long soupir de la part de mon grand père à l'annonce de mon existence, tandis que sa femme le regardait avec cette stupide crainte au fond de l'œil, comme si un simple embryon allait détruire leurs famille. Depuis, une certaine haine familiale s'était installée, et ma mère avait décidé que devenir une femme fatale et multiplier les amants serait une bonne idée pour se venger de ses géniteurs. Depuis, je m'amusais de découvrir un nouveau visage chaque soir. Cette passion si quotidienne m'avait fait pensé que l'amour n'était qu'un mensonge, et que finalement il ne servait qu'à se reproduire. Seulement voilà, à l'âge de seize ans, je découvrais l'amour d'un jeune homme croisé au hasard d'un couloir. J'avais honte, oui terriblement honte, moi qui croyais que l'amour n'existait pas, je venais de le découvrir avec quelqu'un dont je ne connaissais rien. Je partais alors du principe que je n'avais aucune chance, et cela me suffisait. J’étais peut-être sans espoir, mais je m'empêchais un échec futur. Je me contentait de le voir. Je découvrais mon talent lors d'une simple sortie scolaire. Ce fut au haut de la grande roue que j'eus une envie folle de créer. J'étais au dessus de la ville, j'eus ce sentiment d'être au dessus de tout. Un sentiment bien orgueilleux qui me prenait, m'enlevait toute avant de partir pour me laisser désarmée. Je ne pouvais rester stoïque à l'envie de retrouver cette parfaite harmonie, et j'avais pensé que la vue de ce spectacle m'avait poussé à me surprendre moi-même. Le lendemain, j'y retournais, et à défaut de ressentir la même chose, j'immortalisais la ville. J'eus une sorte de satisfaction, avant d'avoir l'irrésistible envie de ne pas me contenter à la seule vue de Londres. Je voulais photographier chaque recoin, chaque pavé de la capitale. Les recoins de mon appareil s’abimaient tandis que la pochette de cuir s'écorchait de tous les côtés. Ce fut comme si cette passion de la photographie remplaçait cette passion amoureuse qui me tourmentait . J’eus envie de ma vie à l’égale d’une lâche, n’ayant pas trouvé d’autres solutions. Et tandis que je découvrais les écoles d’arts du pays, on m’informait de l’existence d’une école reconnue à Paris. J’avais déjà été maintes et maintes fois à Paris, lors de ces week-ends ou ma mère souhaitait rester seule dans notre grand appartement de 200 mètres carrés. Je connaissais ces ruelles, qui finalement avait une ressemblance certaines avec leurs cousines londoniennes. J’immigrais alors vers la France, espérant que la ressemblance entres les deux cités me ferait oublier le mal du pays. Je m’installait dans l’énorme loft parisien de papi mamie, me faisant le stupide pari de pouvoir un jour me détacher de ce lien fiscal qui m’attachait à ses personnes qui ne me reconnaissaient pas. J’appris à aimer Paris autant que j’adorais Londres, et j’aimais vagabonder dans ces rues abandonnés des touristes japonais. Je découvrais l’enseignement français, et fut vite surprise de sa rigueur, j’appris à avoir des journées de dix heures. Mais j’étais contente, non pas heureuse, car ce sentiment est bien plus rare que ce que l’on croit, mais simplement contente. Je me réjouissais de m’améliorer en photographie, j’en oubliais presque l’amour que je portais à ce ténébreux inconnu. Cet amour était certainement assez futile pour que la distance puisse le briser … Seulement, je compris que ce ne fut pas le cas lorsque je me surpris à rêver de lui. Une fois de plus j’étais prise à mon propre fantasme, cet idéal futile que j’aurais aimé rayé de ma vie. Je tentais vainement de changer cet amour en haine, faisant mine de le détester. Je feignais de m’intéresser au autres représentant de la gente masculine, mais de toute façon, mon français shakespeariens empêchait toute approche. Je me languissais d’un amour futile et stupide, et ce mal qui me rongeait;me tuait petit à petit.
XOXOX
  • Âge: secret
  • Sexe: F.
  • Avatar: Taylor Momsen
  • Crédit:
  • Autre: Je suis aussi Kimy =)

fiche créée par creatic, elle est disponible sur http://centralreview.orgfree.com
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité


Invité






MessageSujet: Re: Pandore Opsum ♥ The rebelle girl Mer 18 Mai - 14:34

Je me valide moi-même ^^
Revenir en haut Aller en bas

Pandore Opsum ♥ The rebelle girl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vent rebelle
» GOSSIP GIRL!!!!!!!!!!
» my very special girl !
» L'AMOUR DANS TOUS SES ETATS (Pandore)
» Quand le virtuel se rebelle contre le réel, l’irrationnel détruit l’humanité
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life in paris :: La corbeille-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit